Mon P’tit Podcast A Moi – Episode 2

Mon P’tit Podcast A Moi – Episode 2

Quelques semaines avant le début du confinement, j’ai eu le plaisir d’interviewer Nans, gérant de la boutique Au Bout Du Champ rue des Pyrénées à Paris, structure dont je vous parle assez souvent. Vous retrouverez ci-dessous quelques extraits de la discussion de 20 min qu’on a eu et qui fait l’objet du deuxième épisode de Mon P’tit Podcast A Moi. La version intégrale est disponible sur toutes les plateformes. Cliquez ici pour l’écouter sur Spotify notamment.

Urbanisme, alimentation respectueuse de l’environnement, impact social : autant de sujets évoqués dans cette discussion de 20 minutes. Bonne écoute !

L’intérêt pour une alimentation durable

« C’est un sujet qui me tient à cœur personnellement. J’ai commencé par faire de la géographie, ce qui m’a amené vers l’urbanisme. Très vite, je me suis spécialisé dans la protection de l’environnement. (…) C’était la symbiose entre la ville et ses campagnes qui m’intéressait. »

Un lien évident entre préservation de l’environnement, urbanisme et alimentation

« Au sortir de mes études il y a 6 ans, j’ai cherché un travail dans ce domaine. Je me suis retrouvé chez France Nature Environnement où je devais gérer une petite équipe de bénévoles sur le sujet de l’aménagement du territoire. (…) L’idée était de faire en sorte que la ville prenne en compte la nature, qu’elle vive intelligemment avec (…).

Par le hasard, je me suis retrouvé chez Bio C’est Bon et j’ai découvert la vente. C’est à ce moment-là que la réflexion sur le bio et le local a démarré pour moi. (…) Je n’ai pas voulu rester très longtemps mais je me suis dit pourquoi ne pas continuer dans la vente. A l’époque, j’habitais à 300 mètres de la boutique actuelle d’ Au Bout Du Champ, je me suis renseigné et j’ai postulé. »

La démarche d’Au Bout Du Champ

« C’est avant tout des produits frais et des produits locaux. On a une équipe logistique qui va dans les champs tous les matins en camion et qui ramène les légumes et fruits frais en boutique tous les après-midis (sauf le dimanche). Cette organisation nous oblige à toujours faire du local. Comme c’est dans la journée, l’aller-retour doit se faire en quelques heures. On est limité à 150 kilomètres maximum. Dans la réalité, on dépasse rarement 100 kilomètres. Historiquement, on était beaucoup dans les Yvelines, maintenant on est en Essonne, dans l’Oise, dans la Marne ….

L’ADN c’est vraiment le local, le frais et de saison. On ne triche pas. Aucun légume ne pousse dans une serre chauffée. (…) Sinon on tricherait avec le légume en le faisant pousser à une saison à laquelle il n’est pas censé pousser. Les producteurs ne vont jamais chauffer leurs produits. Ensuite, 50% du prix de vente ira dans la poche du producteur. C’est un ratio assez élevé par rapport à nos concurrents. (…) On achète des produits parfois assez chers mais la personne qui travaille le plus est justement rémunérée. L’idée c’est de dire qu’on va rémunérer bien les agriculteurs qui font des belles choses car on veut qu’ils restent. »

Une vraie valorisation du travail des producteurs locaux

« On vient chercher leurs légumes directement dans leurs fermes alors que beaucoup de producteurs sont dépendants du marché. On n’a pas de cahier des charges hyper complexes : moins ils traitent mieux c’est. (…) Quand il y a des légumes abîmés, on leur a acheté le produit, on le garde. On estime que si on a bien aimé le produit au début, on continuera jusqu’au bout. (…)

On fait de plus en plus de dégustations en magasin, où les producteurs viennent présenter leurs produits. (…) L’idée c’est de faire découvrir ça aux clients. On est un intermédiaire mais on est le seul et unique. (…)

On essaie de démystifier la campagne dans la tête des urbains.

« L’essaimage des petits magasins à Paris de fruits et légumes, c’est très positif. (…) Le local avant tout »

Pour rappel, le premier épisode de Mon P’tit Podcast A Moi avec Kelbongoo est toujours disponible !

Si ce format vous plaît et que vous avez des souhaits particuliers pour le prochain épisode, n’hésitez pas à le signaler dans les commentaires. Si vous n’êtes toujours pas abonnés à la newsletter, c’est le moment de plus attendre (on travaille actuellement sur la création d’un contenu exclusif) ! Cliquez ici si vous souhaitez aller plus loin avec nous.

Bonne soirée et joyeuses Pâques !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *